ACCES PARTENAIRES
 
  Route  
4ème étape: 28ème
Ajouté le : 06/07/2013
Mercredi, c'était l'étape la plus longue avec 137km et 2 GPM. Lors du 1er GPM, le peloton s'est scindée en 2. Avec mon équipière Suzanna, nous avons attaqué à tour de rôle mais sans succès. Voyant que ca ne voulait pas sortir et que le peloton s'est reformé, je suis restée aux côtés de notre leader Fabiana.
L'arrivée étant en bosse, il fallait essayer de remonter Fabiana qui termine à la 7ème place. Pour ma part, je suis toujours en manque de sensations alors j'aide au mieux Fabiana et j'essaie d'aller dans les échappées.
 
3ème étape à Cerro al Volturno: 31ème
Ajouté le : 02/07/2013
 C'était une étape plus dure, 103km avec 3 GPM. Le 1er GPM était à 9km et dès le haut de la bosse, les attaques se sont multipliées. J'ai essayé d'accompagner les coups mais 5 filles sont sorties en contre dont Marianne Vos, Lucinda Brand, équipière de Marianne, Tiffany Cromwell et Valentina Scandolara.

Les américaines, Specialized Lululemon ainsi que notre équipe ont roulé pour revenir. Dans le 2ème GPM, nous étions plus qu'une quarantaine et devant il ne restait plus que Marianne et Tiffany. Quand Evelyn Stevens a attaqué je n'ai pas eu les jambes pour suivre et plusieurs groupes se sont formés. Elles sont revenus sur Tiffany et Fabiana Luperini termine 4ème, moi 31ème.

Photo d'Anton Vos
 
2ème étape du Giro à côté de Naples
Ajouté le : 02/07/2013
 Lundi 1er juillet, nous partions pour une étape de 103km, c'était un circuit à faire 4 fois avec une bosse courte mais raide à chaque tour. Elle faisait la sélection mais se trouvant en début de circuit et pas de difficultés ensuite, ça rentrait derrière. Les équipes de sprinteuses, comme hier, ont verrouillé la course laissant partir que des individualités.
C'est donc un gros peloton qui arrivait au sprint pour la victoire et avec ma chute d'hier j'avais plus d'appréhension pour frotter, je finis au milieu du peloton.
 
1ère étape du Giro: journée noire
Ajouté le : 02/07/2013
 1ère étape du Giro: journée noire

Dimanche 30 juin, c'était le départ de la plus grande course internationale, le Giro féminin, 8 jours de course. Cette épreuve est la plus belle de toute avec un monde incroyable sur les départs et arrivées des étapes, et sur le bord des routes. Une organisation incroyable qui met vraiment en valeur le cyclisme féminin. Nous avons aussi la TV qui retransmet un résumé d'1h tous les soirs à 20h sur la Raï 2.

Pour l'occasion Dama a confectionné pour l'équipe une très belle tenue, spéciale Giro, rose flashy; on va pouvoir nous voir de loin.

Nous partions de Bari pour 117km tout plat, une étape pour sprinteuses avec 2 tours de circuit de 15km dans le final. Dès les 20 premiers km, mon cintre s'est desserré et j'ai dû aller à la voiture pour voir le mécano. Heureusement, le peloton ne roulait pas très vite et j'ai pu rentrer sans trop de difficultés.
Malgré quelques tentatives d'échappée , avortée par les équipes de sprinteuses, nous arrivions donc groupé sur le circuit final. Dans le 2ème tour, une fille chute devant moi et en l'évitant je chute aussi avec mon équipière Patricia Schwager. Ma chaîne étant coincée, j'ai dû attendre la voiture pour changer de vélo et Patricia a fait de même pour m'aider à rentrer. Heureusement, nous sommes rentrées dans les 5 derniers km et cette chute n'a pas eu de grosses conséquences.

Ne vous inquiétez pas, rien de grave pour Patricia et moi, juste quelques égratignures mais j'espère que la malchance s'arrêtera là.
 
Championnat de France à Lannilis: 4ème
Ajouté le : 26/06/2013
  C’est bien connu, tous les Championnats sont uniques, que ce soit le parcours, le déroulement de la course, les émotions… Tout peut être différent même si le résultat est le même. Ce Championnat me l’a encore confirmé.

J’ai voulu aborder ce Championnat de France avec le maximum de motivation et d’entraînement, tout avait été optimisé, jusqu’à mes boyaux qui avaient été fabriqués spécifiquement pour cette épreuve particulière. Le programme international de mon équipe m’avait permis de me préparer sur les plus grosses courses internationales, j’avais vu ma forme grimper au fil des étapes de l’Emakumeen Bira, et j’avais confirmé cela sur le Tour du Trentino en faisant la course à l’avant avec les plus grosses équipes étrangères. J’avais préparé la spécificité de ce circuit avec son ribine (sentier de terre)de 900m qui allait être important sur le déroulement de la course, mon vélo était chaussé de boyaux fabriqués spécialement pour avoir un compromis entre rendement sur goudron et diminuer le risque de crevaison. Rien n’était laissé au hasard. J’arrivais donc sur ce Championnat en pleine confiance. Mon vélo de course perdu par Air France puis retrouvé cassé en début de semaine ne m’a pas déstabilisé grâce à mon mécano préféré qui a su trouver les solutions pour me remonter un vélo à l’identique à 48h de la course.

Le couteau entre les dents je venais donc au départ avec la ferme intention de ramener un troisième titre de Championne de France à Béziers et par la même occasion remettre les pendules à l’heure au niveau de la hiérarchie française. Présente dans un team étranger et écartée de la sélection olympique 2012 à cause de ma ‘’nationalité’’ non Bretonne, j’avais bien remarqué que la lumière se tournait sur certaines coureuses qui préféraient courir sur des courses françaises plus petites mais mieux éclairées par les projecteurs locaux et qui se prétendaient avoir le pouvoir du cyclisme Français féminin avant d’avoir le palmarès qui le justifie. Rien de tel qu’une explication sur le vélo pour régler cela une fois pour toute.

Lors du début du troisième des six tours de circuit, une échappée royale de quatre filles se formait avec Pauline Ferrand-Prévot, Audrey Cordon, Aude Biannic et moi. Nous roulions à trois puisque Audrey avait une équipière (Jennifer Letué) échappée devant. Malgré cela nous creusons rapidement l’écart sur ce qu’il reste du peloton et reprenons l’échappée solitaire qui n’arrivait pas à prendre nos roues. Dans ma tête j’étais sereine, et contente, j’avais mon match d’explication tant désiré : moi avec les trois sélectionnées des Jeux, nous allions voir si j’avais eu raison de critiquer la sélection ou si effectivement si mon tour était passé et que le cyclisme Français était bien dominé par les jeunettes comme elles le prétendaient.
Mais c’est là que le scénario unique du Championnat s’est mis en place, quelque chose qui m’a semblait surréaliste: Audrey a refusé de rouler sous prétexte qu’elle avait des équipières derrière qu’elle voulait attendre! Elles étaient accompagnées de pures sprinteuses qui allaient nous mettre en charpie si nous devions les affronter dans le final, nous étions théoriquement les quatre plus fortes physiquement de ce Championnat, il n’y avait plus qu’à pédaler, creuser et s’expliquer à quatre en guerrière dans un match qui allait être magnifique et intense…Mais elle refusait le combat avec des prétextes indignes d’une leader d’équipe. De notre côté Pauline et moi, qui avions bien compris la situation, avons pris nos responsabilité et fournit de gros efforts pour faire vivre cette échappée, Aude qui semblait un poil plus juste faisait une plus petite partie du travail mais assurait tout de même le job. A l’arrière Edwige et Amélie sortaient pour venir nous chercher, Amélie en équipière d’Audrey refusait de rouler (on peut maintenant deviner la tactique judicieuse de leur équipe: si vous êtes devant vous ne rouler pas et si vous êtes derrière vous ne roulez pas). Du coup, 3 autres filles revenaient sur leur porte bagage avec notamment Elise Delzenne la future Championne de France qui a bien dû sourire en voyant la blague de course qui s’opérait et le tapis rouge que lui déroulait le Futuroscope.
A moins de deux tours de la fin, nous sommes 9 filles pour le titre, avec une sprinteuse redoutable qu’il faut débarquer. A l’entrée du dernier tour je mets le feu dans le ribine et sort en tête, je prends jusqu’à 5 secondes d’avance, mais derrière, les favorites se mettent à la planche pour ramener tout le monde plutôt que de sortir et recréer un petit groupe de costauds qui s’en va. Une fois reprise, je vois que certaines sont épuisées, mais les têtes de série qui ont encore des cartouches ne les tirent pas pour faire éclater le groupe dans la foulée de mon action. Petite récup à 25 km/h en attendant la suite. Nous sommes à l’autre bout du circuit loin des projecteurs et nous livrons un final de Championnat de France de petite envergure, heureusement qu’il n’y a pas la TV comme pour les hommes, bonjour la honte.
De pétards mouillés en mauvais contres nous arrivons dans les 5 derniers kilomètres, plusieurs attaques secouent le groupe sans le disloquer. Après le panneau des trois kilomètres Audrey se lève de la selle et place une violente attaque, un petit temps de latence, l’écart se creuse et je place mon attaque qui explose le groupe, tout le monde est à la rupture et plusieurs passent par la fenêtre, j’ai pris quelques mètres d’avance, je reviens sur Audrey, je passe à côté d’elle et lui demande de rouler, il faut tout livrer à deux et ensuite que la meilleure gagne, nous sommes à deux kilomètres de l’arrivée. Mais ses relais sont donnés avec demi-mesure, elle doit continuer à calculer que je suis potentiellement plus rapide, encore cette foutue peur de prendre des risques qui doit la paralyser… Nous sommes reprises et à la flamme rouge elle retente sa chance pour partir seule, là, Pauline et moi nous allons la chercher, le groupe se reforme aux 200m et Elise démarre pour aller chercher un titre mérité, Amélie 2ème récupère une superbe place amplement méritée aussi, après un travail d’équipière qui s’est sacrifiée pour sa leader et qui a su s’accrocher aux branches pour sauver un résultat. Aude 3ème récupère le maillot espoir après avoir bien géré sa course, un podium qu’il faut saluer. Et je fais 4ème, Audrey 5 et Pauline 6ème.

Au bilan de ce Championnat de France, je suis déçue du déroulement de la course. J’étais venue affronter des adversaires sur le vélo. J’ai pu voir que malgré mes 34 ans, j’étais présente le jour J avec ma tête et mes jambes. Alors oui je n’ai fait ‘’que’’ 4ème et je devrais me remettre en question; mais j’avoue en être incapable dans la mesure où c’est l’anti-jeux des adversaires qui n’a pas permis un déroulement normal de la course, à noter que ces mêmes adversaires ont perdu aussi; je ne peux donc pas les traiter de gagne petits, mais plutôt de perd-petits. C’est bien triste de terminer sur ce sentiment de ne pas avoir eu l’occasion de livrer ce match que j’attendais entre le trio des jeunes coureuses et la coureuse expérimentée que je suis.
Ce championnat de France sur route était peut-être le dernier avant une pause famille méritée, depuis 2007 où je me suis mise à la route je peux vous citer mes résultats : 4e, 2e, 1e, 4e, 1e, 4e, 4e. Une telle régularité dans le haut du classement me donne le droit de donner un conseil à la nouvelle génération: on ne gagne pas un titre de Championne de France sans se livrer à 100% à un moment donné. Bien sûr qu’il faut calculer et courir tactique, mais il faut aussi accepter de prendre des risques, ne pas avoir peur de perdre afin d’avoir le courage de gagner. Un maillot tricolore il faut savoir en être digne, dans la manière de le porter comme d’aller le chercher. Sur ces 7 derniers Championnats, j’ai terminé 5 fois dans la bonne échappée, j’ai affronté à chaque fois des filles qui avaient d’énormes qualités, souvent réputés meilleures que moi sur la puissance, les qualités de rouleuse ou de sprint, mais j’ai toujours cru en mes chances et j’ai toujours accepté le combat en ne visant que la victoire, c’est pour cela que j’ai autant de 4ème places, mais aussi deux maillots tricolores à la maison: la victoire sinon rien. Dans notre échappée royale, je n’en ai vu qu’une avoir cette même flamme, je lui souhaite bien du plaisir l’année prochaine pour trouver des compagnes d’échappée motivée.

Pour ma part, je tourne la page nationale la tête haute et je reste motivée pour aller sur le Giro d’Italie affronter les meilleures mondiales avec toujours ce même objectif d’aller au combat pour viser encore et toujours la victoire afin de rester fidèle à la devise de ma ville « Béziers l’esprit de conquête ».

Photo de Joël Raul, www.velopressecollection.fr
 
2ème étape de l'Emakumeen Bira: 14ème
Ajouté le : 08/06/2013
 Vendredi 7 juin, c’était la 2ème étape, beaucoup plus difficile, 103km avec 2 GPM, un 3ème caté et un 1ère caté qui se trouvait à 15km de l’arrivée. Mon équipière Marta a attaqué dès les 20 premiers km et s’est échappée avec Lisa Brenauer, Specialized-Lululemon. Après le 1er GPM, il y a eu un orage et la pluie est tombée violemment. Dans la descente, tous les virages étaient très glissants à cause du gasoil, c’était une vraie patinoire, plutôt à l’aise, je me suis retrouvée à l’avant mais une chute d’une concurrente a fait la cassure et je n’ai pas pu revenir sur le groupe de Marianne Vos, Emma Johansson, Tiffany Crownwell et Elisa Longo-Borghini. Nous étions un petit groupe roulant pour essayer de revenir et dans la dernière bosse ma leader Fabiana a attaqué pour rentrer et a fait exploser le groupe. Elle termine 6ème et moi 14ème. Les sensations en bosse étaient un peu meilleures que mardi mais ce n’était pas encore ça, je n’étais pas aussi bien qu’au Tour du Languedoc où j’ai pu suivre les meilleures.

Photo de Jean-Marie Bertolotti du Tour du Languedoc-Roussillon.
 
1   |  2   |  3   |  4   |  5   |  
6  |  7   |  8   |  9   |  10   |  
11   |  12   |  13   |  14   |  15   |  
16   |  17   |  18   |  19   |  20   |  
21   |  22   |  23   |  24   |  25   |  
26   |  27   |  28   |  29   |  30 
 
 
L'actualité
Vente de roues Powertap G3 Neuves
Ajouté le : 14/08/2014
      Si vous êtes intéressés par un entraînement avec un capteur de puissance, acheter la roue arri .....
Lire la suite...
A la vente
Vente de roues Powertap G3 Neuves
Ajouté le : 14/08/2014
      Roue arrière POWERTAP G3 montée sur jante Alu CycleOps, 32 rayons DT SWISS Compétition. Corps S .....
Voir le détail...
Résultats
SAISON 2013
Ajouté le : 08/10/2013
     - Victoire aux Jeux de la Francophonie
- 4ème du Championnat de France sur route
- .....
Voir le détail...
Avene